Isohemp

Isohemp

Actif dans le secteur de la rénovation et de la construction durable et écologique, Isohemp est un fabricant belge de produits biosourcés, basés sur un mélange de chanvre, de chaux et d’eau, qui offrent uns isolation thermique et acoustique importante ainsi qu’une régulation hydrique et une résistance au feu.

Ses priorités

5 out of 5

Climat

4 out of 5

Compétences

4 out of 5

Aménagement du territoire

 

Carte d’identité

  • Nom : Isohemp
  • Représentant : Olivier Beghin, Administrateur Délégué
  • Secteur d’activités : Production de matériau de construction isolant et 100% naturel
  • Localisation : Fernelmont, Province de Namur
  • Date de création : 2012
  • Chiffre d’affaires : Croissance de 50% an depuis 2011
  • Personnel : 35 employés
  • Tél. : 081.39.00.13
  • E-mail : info@isohemp.com
  • Site Web : https://www.isohemp.com/

 

Compte-rendu de la visite

Leader mondial du bloc de chanvre, l’entreprise Isohemp est plus que jamais inscrite dans l’air du temps. Avec une croissance de 50% an depuis 2011, l’entreprise entend bien devenir un incontournable du secteur de la construction en proposant une solution isolante, 100% naturelle et aux qualités insoupçonnées. Alors que le secteur du chanvre est en plein boom en Europe et en Amérique du Nord, l’entreprise est déjà capable aujourd’hui de produire 5 millions de blocs par an et couvrir 1800 chantiers en Europe !

L’entreprise a pu compter sur des soutiens financiers européens et wallons importants qui ont permis d’investir, depuis 2020, 7 millions d’euros dans une toute nouvelle usine (parmi les plus innovantes du secteur de la construction). Cette nouvelle installation lui permet de multiplier par 5 ses capacités de production.

 

Acteur de la transition

Avec ses solutions innovantes, Isohemp se positionne fièrement comme un acteur de la transition, en phase avec les enjeux climatiques & environnementaux actuels et répondant aux attentes des instances européennes. Pour l’entreprise namuroise, le bloc de chanvre, biosourcé, peut contribuer à :

  • La rénovation énergétique du bâti comme levier de réduction des émissions de CO2 ;
  • Suppléer la raréfaction des ressources ;
  • Réduire l’impact CO2 du secteur de la construction (= 40% de l’énergie consommée) ;
  • Augmenter la recyclabilité des bâtiments.

Sur plan climatique, la filière du chanvre semble effectivement avoir une carte majeure à jouer. En effet, on estime que la culture de chanvre absorbe autant de CO2 à l’hectare qu’une forêt, soit environ 4 tonnes par an. Transformé en bloc de chanvre, en y associant de la chaux (matériau 100% naturel dont la durée de vie est de plus de 100 ans), le produit final est bien un élément de construction 100 % naturel, issu de filières locales et présentant un bilan carbone négatif, oui… négatif ! Les milliers de projets réalisés en chanvre auraient ainsi permis de neutraliser plus 18.500 tonnes de CO2. Last but not least : après broyage, le bloc de chanvre peut encore est valorisé en fin de vie pour être répandu sur les champs en guise d’amendement.

 

Quels autres avantages de construire en chanvre ?

  • Le bloc de chanvre permet de réguler la température d’un bâtiment grâce à sa capacité à diffuser la chaleur accumulée. Ses capacités isolantes lui permettent d’agir comme tampon thermique et de maintenir la température intérieure de manière constante ;
  • Sa grande perméabilité à la vapeur d’eau permet aussi de jouer un rôle hydrique qui offre un climat intérieur contant et sain ;
  • Sur le plan phonique, le bloc de chanvre est un véritable « piège à son ». Il amortit la majorité des ondes acoustiques et protège de la pollution sonore ;
  • Bien que le chanvre soit un matériau d’origine végétale, il est résistant au feu (2h) et ne dégage pas de flammes ni de fumées toxiques.

 

Expertise

En plus d’être producteur du matériau, Isohemp propose également différents services autour de ses produits :

  • Des formations complètes pour les professionnels de la construction. L’entreprise collabore par ailleurs avec le Forem (via l’IFAPME) pour former de nouveaux talents ;
  • Une analyse des plans et des conseils de conception de nouveaux bâtiments ;
  • Un accompagnement sur chantier dès le démarrage.

Défis et problématiques

Aménagement du territoire :

  • Difficulté de trouver facilement des terrains pour pouvoir étendre ses activités de production (usine et bâtiments);
  • Il n’y a pas assez de chanvre sur le marché pour nouveaux acteurs. L’enjeu réside dans le fait de redévelopper des cultures en Wallonie et de dégager suffisamment d’hectares agricoles pour la filière afin de pouvoir en assurer un approvisionnement local performant (circuit court).

Simplification administrative :

  • L’entreprise souligne l’importance du soutien financier dont elle a pu bénéficier pour son développement. Cependant, les lourdeurs administratives pénalisent l’entreprise en termes de vitesses d’exécution de ses projets mais aussi en termes de temps & ressources nécessaires à celles-ci ;
  • Malgré ses qualités isolantes incontestables, le bloc de chanvre n’est pas éligible pour la surprime matériau « biosourcé » octroyée dans le cadre de travaux d’isolation en Wallonie… En effet, le matériau est trop lourd selon les normes en vigueur…(Une construction en chanvre n’engendrerait qu’un surcoût minime estimé entre 1 et 3% par rapport aux matériaux conventionnels.)

Formation :

  • En plein boom, la filière du chanvre implique une conscientisation indispensable de l’ensemble des acteurs de la construction mais aussi du monde agricole sur ses nombreux avantages ;
  • La construction en chanvre nécessite également l’apprentissage de nouvelles techniques. Une prise en compte de ce matériau dans l’ensemble des formations en construction est enfin nécessaire pour en favoriser/anticiper l’usage.

texte