Venyo

Venyo

Venyo est une PME établie dans le parc d’activités économiques Aéropole de Gosselies et principalement active dans la conception, la production et la commercialisation de simulateurs de vol professionnels de type Boeing B737NG.

Ses priorités

4 out of 5

Financement

4 out of 5

Compétences

4 out of 5

Innovation

 

Carte d’identité

  • Nom : Venyo
  • Représentant : Fabrice CORNET – Co-founder & CTO
  • Secteur d’activités : Conception de simulateurs de vol fixes
  • Localisation : Gosselies, Province de Hainaut
  • Date de création : 2009
  • Personnel : 23 personnes (2017)
  • Tél. : 071/31.09.17
  • E-mail : info@venyo.aero
  • Site Web : www.venyo.aero

 

Compte-rendu de la visite

Début janvier, Olivier de Wasseige se rendait à Gosselies pour y découvrir les avancées de la société Venyo et faire un petit tour en Boeing 737NG.

Anticipant le boom de l’aviation commerciale et la pénurie de pilotes qu’il allait engendrer, les fondateurs de Venyo planchent dès 2009 et en secret sur un prototype révolutionnaire de FTD (Flight Training Device) qu’ils vont dévoiler lors du salon du Bourget de 2013. Quatre ans de recherche et développement qui leur permettent de présenter un simulateur de vol innovant et fonctionnel qui sera considéré comme une révolution par l’écosystème aéronautique. En effet, les simulateurs de vols étaient jusque-là des mastodontes coutant plusieurs millions d’euros et nécessitant des infrastructures massives pour les accueillir et les utiliser. La solution de Venyo ne coûte qu’une fraction de ce prix et propose un encombrement contenu.

A partir de 2013, Venyo débute la phase d’industrialisation. Ils récupèrent des cockpits de 737 déclassés que leurs techniciens désossent et restaurent de fond en comble pour satisfaire les exigences des pilotes qui s’entraineront sur ces simulateurs, ceux-ci étant particulièrement soucieux que chaque détail, cadran, bouton, … réagisse, ressemble et donne les mêmes sensations que dans un avion en état de voler. Ensuite, Ils connectent électroniquement tout le hardware du cockpit à un ordinateur équipé du logiciel de simulation développé par Venyo. Le cockpit est alors placé dans un globe sur lequel est projeté l’environnement simulé de l’avion à 220°, immergeant totalement le pilote dans la simulation.

Les premières unités sont désormais livrées aux quatre coins du monde. Le business model choisit par Venyo n’est pas de vendre ces simulateurs mais bien de les mettre à disposition et de faire payer leur utilisation à l’heure à leur clients qui sont des compagnies aériennes et de grandes écoles de formation de pilotes. Ce système leur permet de garder la maitrise de l’équipement et de pouvoir continuer de mettre à niveau le produit au cours du temps.

Le personnel qui travaille chez Venyo va de l’ingénieur électronicien et informatique à l’usineur, peintre… En effet, Venyo tache d’être le plus indépendant possible du marché et fabrique et restaure pour cela en interne un maximum de pièces et équipements. Le monde de l’aviation étant petit, il pourrait être tentant (et facile) pour un des gros acteurs du marché de faire pression sur des fournisseurs pour qu’ils ne rentrent pas en relation commerciale avec  un acteur disruptif.

Défis et problématiques

Les prochains grands challenges de Venyo seront le développement de simulateurs basés sur  d’autres modèles d’avion (pour lequel le financement sera le nerf de la guerre), et la gestion du «service après-vente» de ses machines. Celles-ci seront en effet disséminées aux quatre coins du monde et devront fonctionner de manière fiable pour que Venyo génère du revenu.

texte